Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Quand la demande sociale interpelle les Décideurs politiques

Posté par: Moussa Kandji| Mardi 20 novembre, 2012 06:35  | Consulté 1576 fois  |  5 Réactions  |   

 

 

Dans tous les pays de la planète, la demande sociale constitue une constante dont les gouvernements vont tenter de satisfaire. Selon le pays et le niveau de développement, la demande sociale revêt une forme différente ; Ainsi dans la plupart des pays développés elle peut avoir une forme en besoins de loisirs ou encore de cadre de vie, alors que les pays en développement tentent de satisfaire les besoins primaires : se nourrir décemment ou encore éduquer tout simplement les enfants. N’est-ce pas un grand labeur que de vouloir se développer?

Quel est le niveau de satisfaction de la demande sociale au Sénégal? Pas du tout satisfaisante me direz-vous!

Dans la société sénégalaise, nous observons une composition stratifiée des classes : les riches, la classe moyenne, les pauvres et enfin les extrêmement pauvres (cette partie qui vit en dessous du seuil de pauvreté, décrite par les Nations Unies ceux vivant avec moins d’un dollar=500 FCFA/jour.

Depuis l’accession de Monsieur le Président Macky Sall a la magistrature suprême, « demande sociale » est devenue le leit motive, murmuré  par certains ou glané  à cor et à cri par d’autres. Pour notre part cependant, nous ne nous aventurerons pas en conjectures politiques ou si vous voulez politiciennes.

Nous allons tout simplement regarder en face la demande sociale en vue d’entrevoir des solutions de sa satisfaction. Disons que la demande sociale est perçue ou expliquée au travers de l’ensemble des besoins de la population sénégalaise ; elle est composite (nourriture, santé, éducation, logement, habillement, loisir, environnement…etc.). Elle peut être appréciée et expliquée par des indicateurs tenant compte des ressources des demandeurs.

Au Sénégal, ces dites indicateurs sont difficiles à évaluer, et devraient  permettre de suivre l’évolution de la demande sociale en termes de réduction de la pauvreté.

Ainsi les Nations Unies insistent sur l’élaboration des « Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) », en vue de promouvoir la croissance et réduire la pauvreté. Pour cela le gouvernement devra s’attacher un large appui de l'opinion publique nationale, cela dans le cadre d’un partenariat. Notons aussi que le DSRP contient une évaluation de la pauvreté et décrit les politiques et les programmes macroéconomiques, structurels et sociaux.

Le succès de tels programmes dépend de la sélection et de l’adhésion des parties prenantes. Ainsi nous recommandons à ce que les religieux (Musulmans, Chrétiens et autres) soient intégrés dans ce processus participatif de société. Vous conviendrez avec moi que les religieux font beaucoup de social, c’est même leur domaine de prédilection. Alors au lieu de donner gratuitement de l’argent aux religieux, il aurait été beaucoup plus judicieux de faire des projets de partenariat sociaux avec eux.

Nous ne terminerons pas notre propos sur la demande sociale sans insister sur la nécessité des décideurs politiques de bien définir les priorités de la lutte contre la pauvreté. Quelque fois écouter les bénéficiaires peut être la voie idoine de sélection de la bonne décision. En faisant participer les bénéficiaires, ils s’approprient le projet et prendront les soins nécessaires pour la réalisation et la  perpétuation.

Le peuple est bien conscient que les besoins sont illimites tandis que les ressources constituent la portion congrue. Il nous faudra « avec peu faire du grandiose ». Waaw !  Nous prenons au mot Monsieur le Premier Ministre Abdou Mbaye, lui qui a rendu la composition de son gouvernement efficace et efficient. Bonne chance Monsieur le Premier Ministre dans votre entreprise de satisfaction de la demande sociale.

J’invite tout un chacun à dire sa priorité pour la demande sociale.

Moussa Kandji, Economiste – Leadership & Management

Washington DC

 L'auteur  Moussa Kandji
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (5)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
AfRiKmOnAfRiK on November 20, 2012 (16:40 PM) 0 FansN°:1
Avec Beaucoup de respects que devons pour ses tenants du Pouvoir depuis l’ère des années de nos Indépendance à ce jour Chaque Dirigeant affichent son défaut en politique pour que ce Pays soit en retard Véritablement ? Pour faire obstacle au développement harmonieux du Sénégal.
C'était une voie à suivre laquelle devrait être la plus équilibrée pour être suffisamment en sécurités alimentaires, Industrielles, etc.:
Notre Pays devrait se classé comme un état hyper-développé, mais c'est regrettable que les divergences d'oppositions politiques ont faits du Sénégal un Pays en retard, les précédents avaient raison d'amoindrir l'impact mais c'est le contraire, elles se sont accentuée en fil d'années et de dirigeants.
Au sein d'un état le maître d'œuvre d'une conception architecturale politique, démocratique et industrielle c'est bien le Chef de l'état.
L’échec politique de nos Grands hommes disparus (PAIX A LEURS ÂMES) à savoir Mamadou DIA et Léopold Sedar SENGHOR, un grammairien écrivain homme de lettre pour l’un, un Véritable agent de développement accès sur l'agro-industriel pour l'autre.
Les divisions ont prit là-dessus.
Des problèmes politiques percuteurs aux problèmes économiques et voici cette dégringolade d’échec accumulés de tous bords.
AfRiKmOnAfRiK on November 20, 2012 (16:40 PM) 0 FansN°:2
Avec Beaucoup de respects que devons pour ses tenants du Pouvoir depuis l’ère des années de nos Indépendance à ce jour Chaque Dirigeant affichent son défaut en politique pour que ce Pays soit en retard Véritablement ? Pour faire obstacle au développement harmonieux du Sénégal.
C'était une voie à suivre laquelle devrait être la plus équilibrée pour être suffisamment en sécurités alimentaires, Industrielles, etc.:
Notre Pays devrait se classé comme un état hyper-développé, mais c'est regrettable que les divergences d'oppositions politiques ont faits du Sénégal un Pays en retard, les précédents avaient raison d'amoindrir l'impact mais c'est le contraire, elles se sont accentuée en fil d'années et de dirigeants.
Au sein d'un état le maître d'œuvre d'une conception architecturale politique, démocratique et industrielle c'est bien le Chef de l'état.
L’échec politique de nos Grands hommes disparus (PAIX A LEURS ÂMES) à savoir Mamadou DIA et Léopold Sedar SENGHOR, un grammairien écrivain homme de lettre pour l’un, un Véritable agent de développement accès sur l'agro-industriel pour l'autre.
Les divisions ont prit là-dessus.
Des problèmes politiques percuteurs aux problèmes économiques et voici cette dégringolade d’échec accumulés de tous bords.
Lenin on November 20, 2012 (19:51 PM) 0 FansN°:3
Monsieur Kandji, Vraiment je lu tous vos articles mais je n'en revient pas. Parce que j'aurai prefere entendre des solutions economiques au lieu de nous etaler une literature que tout le monde connait deja. La demande social des pauvres meme les enfants le savent, travailler mon ami avec des chiffres, des previsions et des examples de reussites. On a plus besoin de choses concretes et non a la
I m sorry if my point of view te choc mais cest ma position.
Kandjim on November 20, 2012 (21:23 PM) 0 FansN°:4
Cher ami , merci pour votre commentaire, vous savez un blog permet d'echanger. Vous savez en nous, moi j'ai la solution de la satisfaire. j'ai deja envoye ces solutions au President de la republique et j'ai pas encore recu de feed back. pour le moment, je n'attaque pas le gouvernement. S'ils ont une solution c'est tant mieux, puisque tous les chemins menent a rome. c pourquoi j'ai souhaite bonne chance au Premier
Ministre.

Ajouter un commentaire

 
 
Moussa Kandji
Blog crée le 29/12/2011 Visité 315632 fois 70 Articles 1019 Commentaires 27 Abonnés

Posts recents
Tabaski et Autosuffisance alimentaire
Ebola : une épidémie en passe d’en appeler une autre
L’Article 104 de la constitution commande au Président Macky Sall de poursuivre son mandat jusqu’à terme
Face à Ebola, les Autorités médicales du Sénégal passent à coté
Face à Ebola, les Autorités médicales du Sénégal passent à coté
Commentaires recents
Les plus populaires
Le coup d’état d’Abdoulaye Wade à Moustapha Niasse
Pourrait-on techniquement envisager le transfert de Bethio au pavillon spécial?
El Hadji Diouf a raison: la Fédération doit démissionner
La nomination d’Aminata Niane contre toutes règles de bonne gouvernance
Le riz a 190 Francs. oui c'est possible